Europe & Monde = 15,00 €
Europe & Monde + Suivi = 17,00 €
France = 13,50 €
France + Suivi = 15,00 €

 

 

Jean-Jacques Avenel
contrebasse

Siegfried Kessler
piano, piano électrique, clavinet,
ring modulator

Daunik Lazro
saxophone alto

 

extrait :

 

 

_____________________________________


Nouvelles critiques : FOU FOU FOU : ECSTATIC Jazz : Jean-Jacques Avenel contrebasse, Siegfried Kessler piano clavinet & Daunik Lazro sax alto 1982 énorme incroyable high energyconcert/ Rustiques : Jean-Marc Foussat AKS synthi piano, voix et Sylvain Guérineau grand sax ténor / Armonicord - Libres : batteur Rachid Houari, les saxistes Jouk Minor & Jean Querlier et le tromboniste Joseph Traindl dans un fantastique collectif libre-flowing au 1er Festival de jazz Indépendant de Massy 1975 tous les trois sur Jean-Marc Foussat
tous les ayler - brötzmanniacs doivent absolument acquérir ce CD "ecstatic jazz" : c'est une bombe et à écouter absolument
________________

hello I just got it from FOU RECORDS (Jean-Marc Foussat's label) : J-J Avenel - Siegfried Kessler Daunik Lazro on alto sax ecstatic jazz live in Béziers 1982 this is awesome burning "free" jazz - improvised . No streaming for listening available at the moment BUT YOU CAN TRUST MY WORD - a rare testament of crazy out of the wall full energy & subtle music huge bass playing, huge piano and Sun Raesque clavinet w. ring modulator and (one of the most ever) striking cutting edge burning exploding alto sax playing which will smackgobble all aylero-brötzmaniacs or gayle - ware 's afficionados or gustafsono-diskaholics of the world .
Order it before selling out !!
Ecstatic jazz est un vocable apparu dans le sillage des David S.Ware, William Parker, Charles Gayle, Joe McPhee, Sabir Mateen, Daniel Carter et leurs camarades, il y a au moins une vingtaine d’années, pour désigner cette vague résurgente d’improvisateurs afro-américains qui continuaient à s’exprimer contre vents et marées leur vision hautement énergétique du jazz libre. Free jazz, New Thing, Great Black Music, improvised music etc… = ecstatic jazz. À cette époque, le saxophoniste Daunik Lazro publia Outlaws in Jazz avec Jac Berrocal, Dennis Charles et Didier Levallet et s’est toujours situé esthétiquement du côté de « l’ecstatic jazz », tout en devenant un pilier de l’improvisation libre collective « européenne » plus orientée vers l’exploration sonore sans filet, éructant de courts fragments mélodiques en fusion dont il décale les accents et l’émission de chaque note avant de triturer le timbre et cela dès le début des années 70. D’ailleurs, Lazro se fit connaître à cette époque lointaine au sax alto aux côtés du contrebassiste Saheb Sarbib, avec le batteur Muhammad Ali et le saxophoniste Frank Wright, quand ces derniers , alors résidents en France, explosaient sur scène à chacune de leurs apparitions « ultra-expressionnistes » 100% ecstatic jazz (Center of the World). Par la suite, il prolongea sa démarche au sax baryton et récemment au ténor Comme on peut l’entendre dans ce concert fleuve improvisé de 1982, Daunik Lazro est un des saxophonistes (alto, ici) européens les plus allumé de la free music : il met carrément le feu à son embouchure, pressurant la colonne d’air en soufflant très fort, avec une sonorité exacerbée, brûlante. Dans ces notes de pochette, Christian Pouget,qui enregistra le concert, cite Ornette Coleman dont Daunik a bien mérité et hérité. Je me souviens d’une interview de cette époque où Daunik déclara sa fascination pour les musiques "d’énergies", citant Evan Parker, Peter Kowald et aussi Jackie Mc Lean. (Et des bribes de Dolphy surgissent ici).Dès les premières minutes, le souffleur pirate un standard en le tourneboulant, fragmentant et lacérant le matériau parkérien du jazz moderne avec des morsures au vitriol et une projection du son saturé, chauffé à blanc. Un peu logique de sa part de remuer des lambeaux du bop modal en présence du contrebassiste Jean-Jacques Avenel et du pianiste Siegfried Kessler, aujourd’hui disparus. Durant plus d’une vingtaine d’années, Avenel fut un des plus proches compagnons de Steve Lacy jusqu’à la mort de ce dernier en 2004 et a fréquemment accompagné des jazzmen pur jus comme Alain Jean-Marie. Kessler, disparu en 2007, était alors le pianiste attitré du quartet d’Archie Shepp et détenait de solides crédits dans la scène jazz hard-bop modal tout ayant joué dans le mémorable Perception, un groupe free français historique avec Didier Levallet, Yoshko Seffer et Jean My Truong. Ce trio JJ-SK-DL du 12 février 1982 est en fait la réunion de deux duos : Lazro- Avenel et Kessler – Lazro. Jean-Jacques figure dans la face B du premier LP de Daunik pour Hat Hut, The Entrance Gates of Tshee Park, la face A étant consacrée à une performance solo du saxophoniste au sax alto. Un peu plus tard, Hat Musics publia Aeros, de Lazro et Kessler en duo. Même s’il ne s’agit pas à proprement parler d’un « vrai groupe » au départ (ils ont joué trois fois en trio), les trois musiciens combinent leurs efforts avec un vrai sens de l’écoute et surtout avec une énergie décapante, une folie de tous les instants, une musicalité indubitable, créant des séquences où chacun développe sa musique, propose des idées à jouer et réagit spontanément aux deux autres avec un vrai « à propos » et des dialogues inventifs qui se renouvellent successivement. Ou en laissant la bride sur le cou du partenaire seul ou en duo. Les deux parties du concert sont subdivisées en sept sections : 1a – 4:03, 1b - 13:33, 1c - 13:45 et 2a – 7:42, 2b – 9:14 2c – 12:33 et 2d – 9:33, soit plus de 70 minutes. Il faut noter l’introduction magistrale à la contrebasse d’Avenel et ses pizzicatos puissants, une walking bass complexe et majestueuse (Partie 1a). Créant un momentum, son intervention met le souffleur sur orbite ravageant un standard qu’on a peine à reconnaître. En 2c, J-J A ouvre l’improvisation avec un solo mirifique, puissant et très fin sur lequel Lazro se place après trois minutes pour tirer à vue avec la colonne d’air, le bec et le tube coudé de l’alto vibrant et cornant au maximum. Ailleurs, après avoir embouché énergiquement une flûte traversière ( !) en duo avec un Avenel survolté, le pianiste enfourche le clavinet muni du ring modulator livrant une véritable pièce d’anthologie Sun-Raesque décapante. Siegfried entraîne Lazro dans la danse à s’éclater encore plus fort, plus intensément, jusqu’à asséner des barrissements à effrayer les rois de la jungle (2b). C’est absolument dantesque. Il faut entendre Lazro hurler au summum de la saga ayléro-brötzmanniaque des grands jours et jongler avec chaque fragment mélodico-rythmique comme un dératé en altérant les accents, les cris, la hauteur des notes, la dimension de chaque élément sonore… Une virulence déchirante obstinée… plus que ça tu meurs. Le folk imaginaire au hachoir avec un style et des intervalles spécifiques. Et par dessous, le vrombissement imperturbable de la contrebasse, les cordes oscillant comme les cordages de la Méduse dans une mer noire sous la pression des doigts de JJ Avenel. Le niveau de la performance égale au moins le fabuleux solo de Roscoe Mitchell à Willisau en 1975 tel qu’il est reproduit dans le double LP Noonah (Nessa), si ce n’est que Lazro insuffle une énergie brute d’une intensité - déflagration comparable à celle de l’Evan Parker des Saxophones Solos – Incus 18 (1975 réédité en CD par Chronoscope et Psi en vinyle par otoroku) et du Brötzmann intrépide en compagnie d’un Bennink en transe (Balls, Cousscouss et The End) ou l’Albert Ayler des albums ESP, tout en gardant un sens des structures dans ces interventions !! . OOL’YAKOO !!!
Mais en sus, les deux autres ne se contentent pas d’être un « back-up » band, un tandem d'accompagnateurs et de "porteurs d'eau", ils chargent en première ligne. Il suffit d’écouter l’énorme solo de basse qui se détache du trio en 2c et l'intrépidité des élans de JJA qui déborde au sommet de la côte. Et le pianiste ne se contente pas d’être un virtuose : Kessler accentue la rythmique de ses arpèges inclinant un zeste vers l’esprit du pianiste Chris Mc Gregor et on entend ensuite Lazro réitérer des fragments de mélodie avec un feeling proche ddu Sud-Africain Dudu Pukwana en soufflant de plus en plus fort, saturant le son (2). Il va même dans la foulée jouer des mesures en Slendro Javano-Balinais. Ce sens inné de la suggestion esthétique est en fait très subtil. C’est ce qui distingue les artistes indubitables des faiseurs et des prétentieux. Ces musiciens n’ont pas d’agenda, ils nous fourrent candidement leurs manies et les fruits de leurs mémoires ludiques pour en combiner tous les sortilèges cachés ou entrevus en un éclair sans regarder dans le rétroviseur. Retour au fil de l’improvisation : la plainte scandée devient alors un cri déchirant, un hymne infernal. Le bassiste s’active alors outre - mesure dans un chassé-croisé de doigtés diaboliques comme s’il agitait une sanza cosmique !? Vous n’en trouvez – trouverez pas souvent des pareils à J-J Avenel. Plus loin, Siegfied répète une courte ritournelle cosmique, laissant le Daunik à sa transe. Elle finira dans les suraigus déchirants du souffleur qui s'effacera ensuite en jouant discrètement pour qu'on entende son collègue.
Tout l’intérêt de ce genre d’improvisations free (on pense au trio Brötzmann - Van Hove - Bennink, décrié par un Derek Bailey puriste avant de lancer lui-même son projet Company) sur le principe de l’auberge espagnole où chacun apporte « ses idées » même si elles accusent des différences notables de « style », de vécu, de background, sans craindre d'éventuelles citations ou allusions, contribue à rendre le terrain accidenté, contrasté en trouvant des réparties imaginatives créent la surprise ou un charme imprévisible. Il faut aussi éviter le lieu commun et les effets faciles dans un maquis patchwork, sous-tendu par une vision originale et pointant déjà vers ce qui pourrait advenir un peu ou beaucoup plus tard . Dans ce concert, on navigue à vue dans la convergence – divergence de trois courants, trois expériences, trois personnalités, en en évitant les écueils, les "coups de téléphone", la co-imitation, les signes de la main, les bonnes manières et la simulation. On est sur le même bateau en apportant au flux commun ses propres musiques intimes, sa personnalité profonde et sa folie assumée. Pas moyen de s’ennuyer, il faut assurer et relever le défi en permanence. En écoutant attentivement, on est finalement sidéré par cet équilibre instable où chacun a l’air de tirer la couverture à soi, alors qu’on est dans le partage total. Et c’est comme cela que l’action immédiate, la musique collective est partagée et ressentie par ceux-là même qui la jouent ici. C’est leur musique et surtout pas la vôtre. Laissons aux musiciens leurs intentions profondes et spontanément immédiates en tentant de comprendre où ils veulent en venir et évitons de supposer avec l’étroitesse d’esprit de certains omniscients qui n’ont jamais dû sauver leur peau sur les planches en jouant face à un micro et un public sans s'exposer de la sorte. Comme disait mon ami John Russell, le guitariste disparu en 2019 : "Sometimes I feel like an idiot" et c'est bien ce que devraient se dire ceux qui aiment à porter des jugements rapides. On peut peut-être couper dans ce concert-fleuve, ayant parfois le sentiment d’une sorte de redondance dans la succession des séquences. Mais il me semble que leur(s) démarche(s) est plus vitale et finalement plus compliquée à assumer que lorsque les improvisateurs d’un groupe partagent la même esthétique au millipoil et où on en devine l’aboutissement dans la durée car rien de fâcheux ne risque de se produire. Ici cette durée vécue est secrètement déstabilisante, labyrinthique en trompe l'oreille et elle se doit d’être ingurgitée d’un seul tenant.
Un must total !!

_____________________________________

 

Ecstatic Jazz

Jean-Jacques Avenel, contrebasse
Siegfried Kessler, piano, piano électrique, clavinet, ring modulator
Daunik Lazro, saxophone alto

Fou Records / Les Allumés du Jazz
Date de sortie: 06/06/2023

Février 1982 : y croyaient-ils encore ou sentaient-ils venir le capitalisme à plein lacrymo ? Et eux, c’est-à-dire Jean-Jacques Avenel, Siegfried Kessler et Daunik Lazro que pensaient-ils avant de rentrer sur la scène du théâtre des franciscains de Béziers en ce 23 février 1982 ? On pourrait leur demander sauf que deux ne sont plus des nôtres.

Ce soir-là ça sentait l’Afrique (le pizz continu du contrebassiste), ça sentait l’Ornette et le Sun Ra. Ça sentait surtout ce que le jazz ne voulait plus. Improviser d’accord mais choisissez une esthétique bordel, un fil conducteur ! Sauf que l’esthétique, ces trois-là… A l’esthétique, ils préféraient l’Ecstatic Jazz. Vous voyez le distinguo ? Vous l’entendez j’espère.

Soyons clairs : une telle liberté, ça affole aujourd’hui. Ça affole parce que c’est parfois sans issue, parfois ça irrigue un concerto gargantuesque. Ce n’est pas penser le risque, jouer avec le risque, prendre le risque. C’est jouer en oubliant les contraintes. Être libres, vivants et indifférents à la norme, même – et surtout – celle qui commence à pointer le bout de son nez dans le cadre de l’improvisation.

Alors, vous voulez que je commente ce que j’entends, que j’analyse tel magique duo piano-alto ou alto-contrebasse, tel cri stupéfiant les assis ? Possible et puis après ? 41 degrés, la canicule : excuse recevable. Non ? Non !

Juste un petit résumé alors : musique d’où surgit la beauté (pas toujours convulsive), musique à toujours insoumise. Musique ressentie essentielle et exceptionnelle aujourd’hui. Pourquoi ? De quoi réfléchir. Mais ne comptez pas sur moi.

Luc BOUQUET * 24/08/2023

_____________________________________


Il n’y a pas de raison que les fans de Coltrane soient les seuls à bénéficier d’éditions de bandes perdues. Sur son label Fou Records, Jean-Marc Foussat nous fait le cadeau de cet enregistrement retrouvé qui témoigne de la rencontre éphémère de Daunik Lazro avec Jean-Jacques Avenel et Siegfried Kessler à la crypte des Franciscains, à Béziers le 12 février 1982.
Les trois musiciens sont alors tout jeunes. Le contrebassiste et le saxophoniste sont de fougueux trentenaires ; Kessler, avec ses 47 ans, fait figure de patriarche.
On peut raisonnablement imaginer que c’est Lazro, qui joue habituellement en duo avec les deux, qui est à l’origine de la rencontre. Il a d’ailleurs enregistré The Entrance Gates of Tshee Park avec le contrebassiste, trois ans plus tôt.
De leur côté, à cette époque, Avenel et Kessler accompagnent régulièrement deux pointures américaines : Lacy pour le premier, Shepp pour le second.
Ecstatic Jazz se présente sous la forme de deux suites intenses et habitées. Les années 80 ne sont pas la décennie du bon goût pour le jazz. Les paillettes, les chemises à motifs de couleurs outrancières et la fusion pointent le bout de leur nez morveux. Le trio échappe heureusement à ces errances et joue une musique libre qui ne s’interdit rien. Toujours avec lyrisme, on entend du free, du modal (le quartet américain de Jarrett n’est pas si loin), de l’exploration sonore débridée et, à dose homéopathique, quelques écritures.
Kessler nous ayant quittés en 2007 et Avenel en 2014, c’est avec une émotion certaine que nous découvrons cet inédit.

par Hélène Gant // Publié le 1er octobre 2023

_____________________________________


Ecstatic Jazz
FOU records CD 55

A newly discovered, enthusiastically received 1982 concert from three avatars of French Free Jazz captures the triumphs and the trajectories of improvised music at the time. Veterans, even at that time, saxophonist Daunik Lazro, now 78, and known for this work with Michel Donda and many others; bassist Jean-Jacques Avenel (1948-2014), a Steve Lacy associate for years; and pianist Siegfried Kessler (1935-2007) who had a similar relationship with Archie Shepp; are as usual expressive and exploratory. But it’s a sign of changing times that there’s no idiophone in sight and Kessler plays electric piano, clavinet and ring modulator along with the acoustic piano and transverse flute.

Lazro concentrates on a nasal-sounding alto saxophone during the first number with his infrequent banshee cries contrasted with Avenel’s tough string strokes and Kessler’s electric keyboard spanks. Massaging strummed glissandi to develop in tandem with the bassist’s string bounces, the pianist then pours out a syncopated collection of soundboard rumbles to meet nephritic groans from Lazro’s baritone. Before the climax during “1c” Kessler uses low notes to ricochet from a Baroque to a Blues sensibility that intersect with the saxophonist’s tongue stops and altissimo squeals. Eventually unexpected sonic beauty marks the conclusion as double bass shakes and rubs are combined with responsive piano chords and peeps as Lazro’s outpouring ricochets from a darkened to a brighter tone.

Even more spectacularly, the second section introduces keyboard drones and organ-like tremolos that detonate electronic wave forms in round-robin coordination with bird-whistle like reed pitches mixed with mid-range saxophone honks. Lazro’s baritone smears create the continuum that underscores guitar-like twangs from the bassist and clear flute trills. Returning to the keyboards, to intensify a duet with Avenel’s augmented string thumps, Kessler’s acoustic piano pivot relaxes the exposition enough so that key-ringing blended with reed flutters and a swaying bass line approach a three-part round. Having established this contrasting motif, the trio members confirm their inventiveness, with the bass and piano expressing semi-dulcet textures as Lazro’s clangorous split tones and reed bites reaffirm the introduction’s antagonistic dissonance. Sadly Kessler and Avenel can’t enjoy the deserved accolades that arise from a matchless session like this. But at least Lazro now has another physical example of his mature art in sympathetic company.

–Ken Waxman



Ecstatic Jazz
FOU records CD 55

Un concert de 1982 récemment découvert et accueilli avec enthousiasme par trois avatars du Free Jazz français capture les triomphes et les trajectoires de la musique improvisée de l'époque. Les vétérans, même à cette époque, le saxophoniste Daunik Lazro, aujourd'hui âgé de 78 ans et connu pour son travail avec Michel Donda et bien d'autres, le bassiste Jean-Jacques Avenel (1948-2014), associé à Steve Lacy pendant des années, et le pianiste Siegfried Kessler (1935-2007), qui a eu une relation similaire avec Archie Shepp, sont comme d'habitude expressifs et explorateurs. Mais, signe des temps qui changent, il n'y a pas d'idiophone en vue et Kessler joue du piano électrique, du clavinet et du modulateur en anneau en plus du piano acoustique et de la flûte traversière.

Lazro se concentre sur un saxophone alto à la sonorité nasale pendant le premier numéro, ses cris de banshee peu fréquents contrastant avec les coups de cordes durs d'Avenel et les fessées du clavier électrique de Kessler. Massant les glissandi de cordes pour les développer en tandem avec les rebonds de cordes du bassiste, le pianiste déverse ensuite une collection syncopée de grondements de table d'harmonie pour répondre aux gémissements néphrétiques du baryton de Lazro. Avant le point culminant de "1c", Kessler utilise des notes graves pour ricocher d'une sensibilité baroque à une sensibilité blues qui s'entrecroisent avec les arrêts de langue et les crissements altissimo du saxophoniste. La conclusion est d'une beauté sonore inattendue : les secousses et les frottements de la contrebasse sont combinés à des accords de piano réactifs et à des pépiements, tandis que l'épanchement de Lazro ricoche d'un ton sombre à un ton plus lumineux.

Plus spectaculaire encore, la deuxième section introduit des bourdons de clavier et des trémolos d'orgue qui font exploser des formes d'ondes électroniques en coordination ronde avec des sons d'anche semblables à des sifflements d'oiseaux, mélangés à des klaxons de saxophone de gamme moyenne. Les traînées de baryton de Lazro créent le continuum qui souligne les tintements de guitare du bassiste et les trilles clairs de la flûte. Revenant aux claviers pour intensifier un duo avec les coups de cordes augmentés d'Avenel, le pivot du piano acoustique de Kessler détend suffisamment l'exposition pour que le tintement des touches mêlé aux flûtes d'anches et à une ligne de basse oscillante se rapproche d'une ronde à trois voix. Après avoir établi ce motif contrasté, les membres du trio confirment leur inventivité, la basse et le piano exprimant des textures semi-dulcentes tandis que les demi-tons et les morsures d'anches de Lazro réaffirment la dissonance antagoniste de l'introduction. Malheureusement, Kessler et Avenel ne peuvent pas profiter des accolades méritées qui découlent d'une session inégalée comme celle-ci. Mais au moins, Lazro a maintenant un autre exemple physique de son art mature en compagnie sympathique.

-Ken Waxman